Profession parolier: Fred Baron en 10 questions

Il a écrit des centaines de chansons pour des dizaines d’artistes francophones (Roch VOISINE, Mario PELCHAT, Jérôme COUTURE, GAROU, Chimène BADI, Bruno PELLETIER, Lara FABIAN…). Homme de mots, j’ai rencontré et posé 10 questions à Fred Baron, un des paroliers les plus prolifiques et inspirés de sa génération.

Fred baronPhoto: Sebastien Iannuzzi

C’est quoi un texte de chanson réussi pour toi?
C’est quand l’interprète te dit qu’il aurait pu l’écrire lui-même tellement ça lui colle a la peau. J’ai eu la chance l’entendre de la part d’artistes comme Geneviève Leclerc, Marc Dupré ou encore Marc Hervieux.

Par quoi tu commences quand tu écris un texte de chanson?
La plupart du temps, je commence par écrire le refrain, c’est le cœur de la chanson, l’idée principale. Parfois je pars d’un mot, c’est le point de départ qui me permet de trouver ensuite le sujet de la chanson, après c’est plus facile de broder les couplets autour de cette idée principale.

C’est quoi pour toi le plus dur dans l’écriture d’un texte?
C’est de trouver le bon thème, le bon angle. On le sait, tout a déjà été écrit, on ne va pas réinventer la roue en écrivant une chanson d’amour. Donc toute la difficulté consiste à éviter les lieux communs et à faire preuve d’originalité.

C’est quoi tes astuces pour trouver des thèmes de chansons?
Il y a plusieurs choses qui peuvent m’aider à trouver l’inspiration. Je peux ouvrir un dictionnaire de rimes par exemple, ou bien un dictionnaire d’analogies, ça me permet d’avoir des idées.

Est-ce que tu as développé des techniques avec le temps?
Non, pas vraiment. Je garde une écriture très intuitive. Si on commence à utiliser la technique pour écrire une chanson, je trouve qu’on se déconnecte de l’émotionnel.

Mettre des paroles sur une musique ou écrire d’abord le texte, tu as une préférence?
Je préfère écrire sur les musiques car elles racontent déjà une histoire, elles transmettent des émotions, une mélodie, c’est un point de départ. La contrainte de la versification permet aussi d’être plus créatif. Ce que j’aurais dit en 12 pieds, je dois le dire en seulement 7, ça force à aller plus en profondeur.

Tu mets combien de temps pour écrire une chanson?
C’est très variable. Il y a des chansons qui vont me prendre une semaine avant que les premiers mots soient écrits et d’autres qui vont être finies en 24h.

Tu vis au Québec depuis 21 ans, a-tu changé ta façon d’écrire, ton vocabulaire?
Pas vraiment car j’écris beaucoup pour des artistes québécois, mais qui chantent en français international. Cela dit, c’est arrivé que je doive m’ajuster, c’était le cas pour un texte pour Boom Desjardins.

Pour qui aimerais-tu écrire dans un monde idéal?
Isabelle Boulay qui est une interprète de grande classe. On a eu un rendez-vous manqué malheureusement. Mais je ne désespère pas écrire pour elle un jour.

Il y a qui à ton panthéon des paroliers?
Boris Bergman, Jean Fauque, Pierre-Yves Lebert, Serge Gainsbourg et Jacques Brel.

Pour en savoir plus sur Fred Baron : https://faireunechanson.com/2018/01/21/fred-baron-lintuition-au-fil-des-mots/
Site personnel de Fred Baron: www.frederickbaron.com

Publicités

Un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s